Questions et réponses sur les panneaux solaires, FAQ
7 choses a savoir avant installer panneaux solaires

7 choses à savoir avant d’installer des panneaux solaires

L’énergie photovoltaïque fait de plus en plus d’adeptes au Sénégal. Chaque jour les demandes affluent auprès des installateurs comme Senegrid. Mais, la majeur partie discussions des discussions que nous avons avec nos clients et prospects, aboutissent invariablement à la conclusion que les Sénégalais ignorent beaucoup de choses sur le solaire. Ci-dessous nous traitons 7 des points qu’il nous paru le plus nécessaire d’éclaircir.

Comment fonctionnent les panneaux solaires ?

Les panneaux solaires fonctionnent en transformant les deux types d’énergie du soleil, l’énergie photovoltaïque (pour les panneaux solaires photovoltaïques) et l’énergie thermique (pour les capteurs solaires thermiques).

  • Les panneaux thermiques utilisent la chaleur du soleil pour produire de l’eau chaude à destination d’un chauffe-eau solaire ou d’un réseau de chauffage.
  • Les panneaux photovoltaïques utilisent la lumière du soleil pour produire de l’électricité qui pourra être utilisée pour faire fonctionner des appareils électriques.

Votre projet est-il réalisable ?

Installer un système photovoltaïque chez soi est facile, et bien souvent souhaitable. Cependant, l’installation est-elle conforme à vos besoins ? Est-elle configurée pour vous permettre d’en tirer un maximum de profit ? Dans tous les cas, avant de vous lancer vous devez d’abord avoir trouvé des réponses aux questions suivantes :

  • Mes panneaux bénéficieront-ils d’une bonne exposition aux rayons solaires ? La durée de leur exposition doit être la plus longue possible. Vous devez aussi éviter toutes les zones ombragées par des ambres ou des immeubles.
  • Les panneaux solaires sont-ils bien positionnés : au Sénégal, les panneaux doivent avoir une inclinaison entre 0 et 5% et une orientation à 0°
  • Mes besoins justifient-ils de recourir à une installation solaire ?
  • Mon projet s’inscrit-il dans le temps ? Le problème majeur avec les installations solaires est qu’elles coûtent très cher à l’achat. Ce coût a besoin de temps pour s’amortir. Il faut compter entre 4 et 5 ans en moyenne. Qu’allez vous faire de votre installation solaire si vous déménagez dans 2 ans ? Vous pourrez toujours la déménager dans votre nouveau logement, mais il y aura un coût supplémentaire.

Quel volume d’électricité mon installation va-t-elle produire ?

La puissance totale d’une installation solaire s’exprime en kWc (kilowatt-crète). Elle indique la quantité maximale qu’une installation photovoltaïque peut fournir dans les conditions de laboratoire, c’est-à-dire pour une exposition de 1000W d’irradiation solaire par mètre carré à une température de 25° Celsius.

Il va sans dire que ces conditions de laboratoires vont fortement différer avec les conditions sur le terrain. Au Sénégal par exemple, l’irradiation moyenne est de 5700 W/m2 donc les panneaux devraient théoriquement jusqu’à 4 fois plus, même si l’on prend en compte l’effet négatif que les températures plus élevées vont avoir sur le rendement (quand les températures dépassent 25°, il faut compter 0,4% de baisse de rendement par degrés supplémentaire).

En règle générale, au Sénégal, il vous faudra compter une production moyenne mensuelle de :

  • 157 kWh pour une installation de 1 000 Wc
  • 302 kWh pour une installation de 2 000 Wc
  • 453 kWh pour une installation de 3 000 Wc
  • 755 kWh pour une installation de 5 000 Wc

Quelle rentabilité aura votre installation solaire ?

Si l’on sait par expérience que les panneaux sont très rentables au Sénégal, il est un peu plus difficile de bien calculer cette rentabilité. Si vous souhaitez avoir une idée plus précise de la rentabilité de votre installation nous proposons d’adopter la démarche suivante :

  1. Estimez la production de votre installation
  2. Estimez la durée de vie de votre installation
  3. Estimez le volume d’électricité que vos panneaux vont produire sur cette période puis multipliez le par le prix de l’électricité (au kWh)
  4. Divisez le coût d’achat la somme obtenue par le coût d’achat, d’installation et de de maintenance de votre installation.

Par exemple, disons que :

  • Vous avez réalisé une installation complète (panneaux, onduleur, batteries, etc.) de 2 000 Wc pour 2 200 000 FCFA. Estimons aussi que sur la durée de vie de 20 ans de l’installation vous allez dépenser 1 000 000 FCFA de frais de maintenance et remplacement de matériaux défectueux.
  • Le prix du kilowattheure d’électricité appliqué par la SENELEC sera sur la période en moyenne de 110 FCFA.
  • Au Sénégal, une installation de 2 000 Wc va produire en moyenne 3 600 kWh par an

On va tomber sur les valeurs ci-dessous :

  • Coût de l’installation : 3 200 000 FCFA
  • Chiffre d’affaires généré : 110 * 3600 = 7 920 000 FCFA
  • La rentabilité de l’installation sera alors de : 7 920 000 / 3 200 000 = 248%

Ongrid ou offgrid quel type choisir ?

Les installations solaires peuvent être offgrid, ongrid ou hybride.

  • Une installation est dite offgrid (ou hors réseau en français) si, comme son nom l’indique, elle n’est pas connectée au réseau électrique national. Elle exister dans un logement, en parallèle avec un autre réseau branché sur le réseau national. Il peut aussi intégrer un parc de batteries qui prendra le relais lorsque la production des panneaux solaires sera insuffisante (ciel couvert) ou à l’arrêt (pendant la nuit).
  • Une installation est dite ongrid si elle est connectée au réseau. Concrètement l’onduleur du système est branché sur le réseau. Ainsi, si votre système produit à un moment donné, plus d’électricité que vos appareils ne peuvent consommer, le surplus est injecté dans le réseau. Si, à un moment donné, le système ne peut pas fournir toute l’électricité demandée, l’onduleur va puiser le volume manquant à partir du réseau.

Avec ou sans batteries ?

Une installation solaire peut être configurée avec ou sans batteries solaires. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients.

Une installation avec batteries va revenir beaucoup plus cher. En effet, les batteries sont les éléments qui coûtent le plus cher dans une installation solaire. Si vous optez par exemple pour des batteries gel, l’option affichant le meilleure rapport qualité/prix pour les ménages sénégalais, il vous faudra savoir que le nombre de batteries à installer peut-être relativement important en fonction de l’autonomie souhaité.

En effet, pour améliorer la durée de vie de vos batteries, vous ne pourrez prélever de 50% de l’énergie qu’elles contiennent. Cela veut dire que votre parc de batteries doit pouvoir stocker deux fois le volume d’électricité nécessaire pour atteindre votre autonomie.

Par expérience, si vous optez pour des batteries 200 ah*12 v (au prix moyen de 250 000 FCFA) il vous faudra compter :

  • 2 pièces pour une installation d’1 kWc soit une valeur de 500 000 FCFA pour une installation qui, tous autres éléments compris, coûte globalement 1 200 000 FCFA.
  • 4 pièces pour une installation de 2 kWc soit une valeur de 1 000 000 FCFA pour une installation qui coûte globalement 2 200 000 FCFA.
  • 6 pièces pour une installation de 3 kWc soit une valeur de 1 500 000 FCFA pour une installation qui coûte globalement 3 500 000 FCFA.
  • 10 pièces pour une installation de 5 kWc soit une valeur de 2 500 000 FCFA pour une installation qui coûte globalement 4 700 000 FCFA.

Intégrer des batteries va donc faire augmenter d’environ 40% le coût de votre installation. Cependant c’est une option nécessaire si vous souhaitez avoir de l’autonomie par rapport au réseau de la SENELEC ou si vous êtes tout simplement sur un site non raccordé au réseau.

Avec une installation sans batteries, vous devrez soit utiliser l’électricité du réseau quand la production de vos panneaux ne sera pas suffisante ou vous passez de vos équipements électriques.

Polycristallins ou monocristallins, quels panneaux solaires choisir ?

Les deux grands types de panneaux solaires photovoltaïques existants (il y en existe d’autres comme les amorphes) sont les panneaux polycristallins et les panneaux monocristallins.

Les modèles polycristallins, plus couramment appelés panneaux poly, sont constitués par plusieurs cristaux de silicium, ce qui leur vaut leur couleur bleue si typique. Globalement, ils ont un rendement (entre 12 et 16%), inférieur à celui des panneaux monocristallins. Ils sont moins cher à l’achat.

Les modèles monocristallins, plus couramment appelés panneaux monos, sont constitué par un seul cristal de silicium, c’est cette homogénéité qui lui vaut sa couleur noire. Leur rendement, pouvant facilement dépasser les 20%, est théoriquement plus élevé que celui des panneaux poly. Ils sont plus cher à l’achat.

Mais cela ne veut pas dire que les installations avec des panneaux monos auront toujours un meilleur rendement. Ce n’est pas toujours vrai. En effet, au-delà de 25°, l’augmentation de la température va avoir un effet négatif sur le rendement des panneaux, à savoir une baisse de 0,4% par degré supplémentaire. Cette baisse est moins accentuée avec les panneaux poly, qui sont plus rustiques et supportent moins la chaleur. Ceci avec leur prix d’achat moins élevé en font une bonne option pour les foyers disposant d’un budget plus faible.

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Vous ne savez pas par où commencer ?

Remplissez ce formulaire et laissez moi vous guider